Tag

Québécois

Ce matin, via le blog Montréal à moi.com,
j’ai découvert un texte de l’humoriste Stéphane Laporte sur CyberPresse.ca.
L’article est tellement criant de vérité que je ne résiste pas, à mon tour, à le recopier ici :

Deux clientes entrent dans une boutique du centre-ville de Montréal.

La première s’extasie devant un chandail : Wow !
Son amie la rejoint : Cool !

La vendeuse intervient :
Can I help you ?
Yes, I want…

Son amie l’interrompt :
– Qu’est-ce que tu fais là ? On est au Québec, icitte ! Fais-toé servir dans ta langue !
– T’as raison, man ! Do you speak French ?
No, sorry!
– Ah ben ça, c’est l’boutte ! Bill 101¹, ring a bell ? ‘stie ! Je veux être servie dans ma bouche !
– Dans ta langue, Manon !
– C’est vrai, on n’est pas au restaurant ! Dans ma langue ! In my tongue !

La vendeuse hausse les épaules :
I don’t understand !
– Ben c’est ça, le problème, avec vous autres, vous ne nous comprenez pas ! Mais on est la majorité. C’est un manque de respect pour notre gang ! Savez-vous c’est quoi le respect, madame ? R-E-S-P-E-C-T ! Même Aretha Franklin est capable de l’épeler en français !
– Avec un accent, par exemple…
– Ça, c’est pas grave, au moins elle se force. Forcez-vous ! C’est tout ce qu’on vous demande, de vous forcer un peu. Vous connaissez sûrement quelques mots en français : déjà-vu, soufflé, oh la la, voulez-vous coucher avec moi ?
Sorry !
Sorry, sorry, on est tannés que vous soyez sorry. Vous, vous pensez que c’est niaiseux, mais si on ne se fait pas respecter, on va disparaître ! Moi, j’veux maigrir mais j’veux pas disparaître ! Capitche ?
I don’t understand !
– Manon, passe-moi ton phone, j’appelle les nouvelles !
– Attends ! Avant, je veux voir la boss. Miss, je veux voir la boss ! I want to see the bump !
I don’t understand…
– Ah ben là, shit, ça va faire ! J’me force pour parler sa langue pis a m’understande pas encore ! On sacre notre camp d’icitte ! Vous aurez pas notre cash ! C’est fini ce temps-là ! On n’est plus des bouffons, on est le Cirque du Soleil, astheure !

Les deux copines sortent du magasin, fières d’elles.

Deux vitrines plus loin, elles voient le même chandail, elles s’empressent d’entrer.
Le vendeur les accueille :
Hello !
– Bonjour, do you speak French ?
Yes, I speak French !
– Boonnn ! Enfin quelqu’un qui parle français ! Je veux le top midnight blue dans le small.
– OK.

Le vendeur va chercher le chandail bleu nuit, taille petite, et le met dans une boîte.
Puis il pitonne sur la caisse enregistreuse.

Manon est ravie, et se retourne vers son amie :
– Non, mais c’est-tu le fun de se faire servir en français ?
– Mets-en, ma chum !

Elle donne 50 $ au vendeur.

L’amie est prête à s’en aller :
– Qu’est-ce qu’on fait tonight ? On va-tu voir Across the Universe ou P.S. I Love You ?
– Relaxe ! J’attends mon change.

Le vendeur lui remet sa monnaie.
– Merci ! Pis félicitations pour votre français !

Elles sortent du magasin.
– Moi, un anglais qui se force à parler notre langue, ça m’émotionne tellement, un peu plus je l’aurais frenché !
Calm down Manon, take it easy !

Pendant ce temps, le patron de la boutique vient voir son employé et lui dit qu’il ne savait pas qu’il parlait français.
L’employé lui répond : « You don’t have to speak French to understand the Québécois, you just have to pretend to do so. »

Un top midnight blue dans le small, c’est pas difficile à comprendre, même pour un Anglais de Westmount².
Un submarine avec des chicken wings non plus.

Le vendeur n’a fait qu’appliquer à ses clientes la méthode Harper³ : avoir l’air de satisfaire les Québécois, tout en ne changeant absolument rien.
Bravo pour votre belle nation !

De toute façon, dans le français des Québécois, il y a au moins 51 % d’anglais, ce n’est qu’une question de temps avant que les anglophones unilingues nous comprennent à 100 %.

Source : CyberPresse.ca


¹ : La loi 101 est la charte de la langue française qui définit les droits linguistiques de tous les citoyens du Québec et fait du français, la langue de la majorité, la seule langue officielle de l’État québécois. C’est grâce à cette loi que la langue française réussi à survivre sur le continent.
² : Westmount est un quartier de Montréal associé à la bourgeoisie anglophone.
³ : Stephen Harper est le premier ministre du Canada.

Et pour le vocabulaire qui vous manquerais,
je vous renvoie à mon dictionnaire franco-québécois! ;-)

Plus sérieusement, je vous invite à visiter le site Trésor de la langue française au Québec.

Vous y découvrirez de nombreuses informations sur l’histoire du français québécois et sur son usage actuel.

Le site a certes des allures assez pompeuses et la navigation n’y est pas vraiment intuitive mais on peut tomber sur des textes assez intéressants qui vous permettront de mieux comprendre l’Histoire de nos cousins outre-Atlantique.

Je vous en parlais il y a peu, une collègue de bureau m’a très gentiment confiée sa recette perso de tourtière maison. Eh bien ça y est, je l’ai testée hier soir et franchement -même si j’ai de gros progrès à faire côté présentation- c’était un réel délice!

Je n’hésite donc pas à la partager avec vous aujourd’hui cette recette!
Et, histoire de rester dans le “typique”, je vais me contenter de vous copier/coller ce qu’elle m’avait envoyé :

¤ Tourtière de ma grand-mère*

Pour 4 tourtières petites tourtières, donc tu divises les portions au besoin.
Moi j’ai divisé les quantités par deux pour obtenir celle présentée ci-dessous.

  • 2lb de bœuf haché
  • 1lb de veau haché
  • 1lb de porc haché
  • 2 oignons émincés
  • 1 gousse d’ail
  • 1 c. à thé de sarriette
  • ½ c. à thé de clous de girofle (pas plus, attention çà goutte…)
    Perso, c’est bien la première fois que j’utilise cette épice (tout comme la sarriette d’ailleurs) et effectivement l’odeur et le gout sont assez fort donc attention à ne pas en mettre trop!
  • ¼ c. à thé de muscade
  • ¼ c. à thé de cannelle (dans celle que tu as mangée, il n’y en avait qu’une pincée)
    Étant donné que je n’apprécie pas spécialement la cannelle, je n’en ai mis qu’une pincée comme dans celle qu’elle m’avait fait gouter au bureau en fait.
  • pincée de sucre
  • sel et poivre au goût
  • 8 abaisses non cuites (ta recette préférée ou celle du commerce)
    J’ai acheté une pâte à tarte “tout usage” achetée dans le commerce (chez Métro).

Mélanger tous les ingrédients dans un chaudron à fond épais; ajouter de l’eau à la moitié du chaudron.
Vous aurez surement compris que le “Chaudron” désigne la marmite.

Mijoter à découvert, 1 heure à feu doux en brassant souvent.
Comprenez, en remuant souvent.

Laisser tiédir avant d’utiliser.
Couvrir de pâte le fond de 4 assiettes à tarte.
Moi, avec les quantités prises de moitié, je n’ai recouvert qu’un moule à tarte.

Y verser la viande.
Couvrir de pâte; faire quelques incisions sur le dessus de chaque tourtière.
Badigeonner le dessus d’un jaune d’œuf leur donnera une belle couleur lustrée.

Cuire au four à 305°F (175°C), jusqu’à ce que la pâte soit bien dorée.

Servir avec un ketchup aux fruits ou le bon vieux Heinz.
Oui ça peut paraitre ecoeurant mais c’est comme cela que la plupart des québécois la mange. Nous, nous l’avons dégusté nature, sans artifice et c’était un vrai régal!

Tourtière Tourtière
Tourtière

..oui bon on ne rit pas!
Je vous avais dit que j’avais des progrès à faire! :blush:

Bon et maintenant je vous laisse, j’ai une recette de Galette des Rois à tester!


* La recette est tirée du livre “Le guide de la cuisine Traditionnelle Québécoise“.
Je sens que j’ai trouvé mon petit souvenir ultime à acheter avant de partir!


Poutine


La “Poutine” vous en avez surement déjà entendu parler!

Il s’agit DU plat typique au Québec.
Celui que nos nouveaux “cheums” et collègues sont fiers de nous faire gouter lorsque l’on vient d’arriver, nous petits expatriés.

La “traditionnelle” est composée de frites chaudes recouvertes de grains de fromage cheddar froid et d’une sauce brune chaude, type sauce barbecue.

Mais il en existe de multiples variantes avec de la viande (bœuf, poulet, porc..) et/ou différents légumes (champignons, oignons, petits pois..).

Bon ce qui est sûr c’est qu’il s’agit tout simplement de Junk Food/malbouffe (d’où sa présence au McDo notamment).

Mais la gastronomie québécoise est bien heureusement constituée d’autres plats un peu plus “équilibrés”.

Le tout dernier plat que j’ai découvert, et qui est pourtant un des plats typiques du temps de fêtes, c’est la Tourtière, ou pâté à la viande.

Il s’agit d’une tourte* à la viande hachée.
(*= tarte recouverte de pâte comme celle que cuisinait Blanche Neige pour les 7 nains ..oui chacun ses références, n’est-ce pas koki! ;) )

Une collègue de bureau m’en a ramené deux parts rien que pour nous la semaine dernière et je peux vous dire que c’était un réel délice.
J’ai même la recette!
Mais je ne la partagerais avec vous qu’APRÈS mon premier essai maison, photos à l’appui, promis!

Côté sucré, il faut absolument que je vous parle des Queues de Castor!
Là j’en imagine déjà avec des yeux tout ronds et pourtant c’est vraiment un régal!

Enseigne Queue de Castor

En forme de queues de Castor, ces espèces d’énormes beignets aplaties sont frits dans de l’huile avant d’être badigeonnées de cannelle et sucre (la “traditionnelle”), de chocolat aux noisettes (ma préférée!), de pommes caramélisées et cannelle, de chocolat et de bananes, de beurre d’arachide, etc.. etc..

Queue de Castor Choco Queue de Castor Pommes cannelle

La tire d’érable en hiver est aussi une sucrerie à laquelle il est très difficile de résister!

On ne peut la manger qu’en hiver car le principe est de couler du sirop d’érable sur de la glace, d’attendre qu’elle se solidifie puis de l’enrouler sur un bâtonnet de bois (du type de ceux utilisés pour les glaces esquimaux).

Le gout est le même que celui du sirop d’érable -forcément!- et la texture ressemble beaucoup au caramel.

Bon je devrais aussi vous parler du pouding chômeur, ou, côté salé, du pâté chinois mais même après deux années ici je n’y ai toujours pas goûté!

Oui je sais c’est inadmissible et d’ailleurs je compte bien corriger cette erreur avant mon départ.

Rendez-vous donc dans quelques semaines pour un deuxième volet sur la gastronomie québécoise ..avec, au moins, la recette de la tourtière

“Réponds” aux différences relevées par une montréalaise à Paris.
Il y a deux semaines, je vous présentais les articles de Véronique Beaudet, une journaliste québécoise actuellement en PVT à Paris.

Comme je vous le disais, chaque vendredi, je me précipite sur le journal pour y découvrir sa chronique “Une montréalaise à Paris”.

Je n’ai donc pas rater son apparition dans le dernier numéro de 24Heures [l’équivalent du 20Minutes français] dans lequel elle relevait quelques expressions françaises, d’argot et de verlant.
C’était assez amusant de lire sa réaction et surtout de se rappeler de ces mots que l’on entends que très rarement ici!

Envie d’un ptit aperçu de ce que l’on entend icitte ?!
Si vous avez visionné les pubs et autres sketchs de la catégorie “Pause Kfé”, vous avez sûrement dû vous rendre compte de l’accent de nos chers cousins québécois! ..Quoiqu’ici.. c’est plutôt nous qui avons un accent!

Mais ce n’est pas tout ce qui caractérise la langue québécoise! ..oui oui je parle bien de “langue québécoise”!
Car si vous venez icitte, vous verrez que même si nous sommes francophones tout comme eux, il est fort possible de se retrouver complètement perdu!

Tu en doutes tu ?
Bin tcheck bin c’qui suit !

D’ailleurs, en passant, il faut savoir qu’ici, la formule “Est-ce que” n’est pas utilisé (ou alors très très peu), il semblerait qu’elle soit remplacée par le pronom “tu” que l’on retrouve dans quasiment toute les questions!
On peut donc entendre ::
– Tu veux tu une pomme ?
– Le programme, il marche tu ?
– Ca te tente tu de venir diner ?
– On peut tu me dire qu’est ce qui se passe?

Allez comprendre!

Bon maintenant, voici un ptit échantillon de quelques mots et expressions courantes que l’on entends au quotidien ici ::

  • Allo! : salut, bonjour
  • A matin, à soir : Ce matin, ce soir.
    Ex : A matin j’ai reçu ton courriel.
  • A date : Jusqu’à présent. A ce jour.
    Ex : A date j’ai jamais eu ce pb.
  • Astheur : A cette heure, Maintenant.
  • A bras : A la main.
    Ex : Va falloir régler ces bébelles à bras.
  • Ca a pas d’allure : C’est absurde.
  • Arret (panneau) : Stop.
  • Ayoye ! : Aïe ou wow
    Ex : Ayoye! J’ai trop trop mal! OU Ayoye! Elle est trop cute ta camisole!
  • Aiguisoir : un taille-crayon.
  • Barrer : Verrouiller.
    Ex : J’ai barrer la porte en sortant de la maison a matin.
  • Bas : Chaussettes.
  • C’est beau : C’est bon, c’est prêt, ça m’va, j’ai compris.
  • Bec : Bisou
  • Bébelles : choses, trucs, bidules.
  • Bédaine : ventre.
    Ex : Il a une grosse bedaine!
  • Beignes : Doughnuts, beignets.
  • Bibitte : insecte ou animal inconnu.
  • Blonde : Fiancée, compagne.
  • Blé d’Inde : Maïs en épi.
  • Bleuet : Fruit de l’airelle à feuilles étroites, une espèce voisine de la myrtille.
  • Bord : côté.
    Ex : De l’autre bord.
  • Brailler : pleurer.
  • Ca coute un bras : c’est hors de prix.
  • Breuvage : boisson, tout ce qui se boit.
  • Brocheuse : agrafeuse
  • Cabaret : Plateau (pour poser des choses).
  • Camisole : Débardeur.
  • Canneberge : Cranberry, fruit rouge voisin de l’airelle et de la myrtille.
  • Je capote! : j’hallucine! ou je panique ou jchuis trop énervée ou je kiffe grave! ;-)
    Un peu utilisé à toute les sauces.
  • Chandail : Tous les hauts de vêtements (t-shirt, pull, ..).
  • Char : Automobile, Voiture.
  • Chauffer : Conduire (un véhicule).
  • Chez nous : Chez nous ou chez moi et ce même si la personne habite seule! Idem avec le chez vous.
    Ex: Je passe chez vous vers 5h mais je n’aurais pas le temps de passer chez nous (au lieu de dire je passe chez toi …. de passer chez nous)
    Pourquoi c’est comme ça ici? Aucune idée!
  • Chialer : Se plaindre , se lamenter. Mais pas pleurer!
  • Chicane : Dispute.
    Ex : On s’est chicaner = on s’est disputer.
  • Ca clique : Cela fonctionne bien.
  • Condo : Appartement dans une co-propriété.
  • C’est correc’ : C’est bon, c’est juste, y a pas de mal, le compte y est, etc…
  • Jchuis crampé! : Rire à en avoir des crampes, mort de rire.
  • C’est tout croche : C’est tout bizarre, mal fait, pleins d’erreurs.
  • Crisser son camp : Partir rapidement, déguerpir.
  • Croustilles : Chips.
  • Débarquer du bus : Descendre du bus.
  • Déjeuner : Petit déjeuner (le matin)
  • Dépanneur : Petite épicerie souvent ouverte très tard la nuit, voire 24h/24.
  • Dîner : Déjeuner (le midi).
  • Dispendieux : Cher, Onéreux.
  • C’est écoeurant! : c’est trop cool ou c’est trop bon ou c’est génial
    Ouais complètement l’inverse de notre sens à nous.
  • Une efface : Une gomme à effacer.
  • Embarquer dans l’char : Monter dans la voiture.
  • Épais : Rustre, ignorant, imbécile.
  • Faire l’épicerie : Faire les courses pour manger.
  • Etchetéra : Etceteta, etc. Même utilisation mais prononciation différente.
  • Par exemple : par contre. Pas du tout la même utilisation que chez nous.
    Ex : J’ai été au gym hier jchuis trop contente. J’ai mal partout par exemple.
  • Faire la baboune : Bouder.
  • Fait que : idem, ce dit quand on a rien à dire. Un genre de “voilà quoi”.
    Ex : Bon bah j’chuis là.. Fait que…
  • C’est comme faut : c’est comme IL faut, c’est correc
    Là idem gros pb au boulot qd on m’a sorti ça la première fois parce que ça pouvait dire “c’est comme FAUX” aussi! Vu qu’ici le “c’est comme” (de “it’s like”*) est très courant!
  • Fête : Anniversaire.
    Ici les fêtes (Ste Marcelle et autre) ne sont pas souhaiter.
  • Avoir le feu au cul : Être enragé.
  • Fin(e) : Sympa, gentille.
    Ex : Elle est trop fine, elle m’a achetée une camisole pour ma fête.
  • Fin de semaine : Week end.
  • Fif : Homosexuel (péjoratif) OU nouille, poule mouillée.
  • Foufounes : les fesses.
  • Frette : froid (et non pas frais).
    Ex : Hostie qu’il fait frette aujourd’hui !
  • Gomme : Chewing-gum, gomme à mâcher.
  • C’est gossant : c’est chiant, ça saoule, ça casse les c.. (eh oui n’oublions pas qu’ici gosses ne veut pas dire gamins!)
  • Gougounes : Tongs
  • Guédille : Plat québécois composé d’un pain à hot dog rempli d’une salade et de mayonnaise. La salade peut être aux œufs, au poulet, au chou, au homard, au crabe, au crevettes..
  • Hambourgeois : Hamburger.
  • Icitte : Ici
  • Jaser : Bavarder. (pas du tout comme en France parler en mal dans le dos de quelqu’un)
    Ex : On a jaser ensemble toute l’après midi.
  • Kétaine : Kitsch. Ridicule. Beauf. Ringard.
  • Laveuse : Machine à laver.
  • Leu Leu : interjection courante utilisée en début ou en fin de phrase. Un genre de “tu vois quoi”.
    Ex : Leu leu jcomprends pas pantoute cque tu m’racontes leu!
  • Liqueur : Soda, boisson gazeuse sucrée NON alcoolisée.
  • Magasiner : Faire les magasins, faire du shopping.
  • Magané : Abîmé.
  • Maudit : Exclamation ou “Je suis en maudit” = “je suis fâché”.
  • Méchant : Grave, important OU terrible (sens positif).
    Ex : A soir ça va être le méchant party chez nous!
  • Met z’en ! : Tu parles! Tu m’étonnes! …Tu l’as dit bouffi! ;-)
  • Avoir de la misère : Avoir de la difficulté.
  • Mitaines : Moufles, gants.
  • Niaiser quelqu’un : Se moquer de .., charrier (quelqu’un). Faire marcher.
  • C’est niaiseux : c’est stupide, niais
  • Ouvrage : Travail, boulot
  • Pantoute : Pas du tout
  • Patente : Chose, truc.
  • Pâte à dents : Dentifrice.
  • Papier collant : Scotch.
  • Partir le char : Démarrer la voiture.
  • Pas (si) pire : Pas (si) mal, acceptable, correc’
  • Pâté chinois : Hachis Parmentier québécois auquel une couche de maïs a été ajouté entre la viande hachée et la purée de pommes de terre.
  • Piton : Bouton.
    Ex : Pour valider il faut peser sur le piton “Entrée”.
  • Pis : conjonction de coordination et ou mot passe partout pour ponctuer une conversation.
    Ex : un Québécois qui rencontre une connaissance dira “pis ?”, ce qui veut à peu près dire “alors ? Quoi de neuf ?”.
  • Une piasse : un dollar.
  • C’est platte : c’est ennuyeux, null, sans intérêt
  • C’est poche : c’est null, naze
  • Pogner : Attraper, prendre
    Ex : L’été dernier, j’ai pogné la varicelle!
  • Faire du pouce : Faire de l’auto-stop.
  • Pouding chômeur : Dessert québécois bon marché élaboré à l’origine par les femmes d’ouvriers durant la crise économique de 1929. Il est constitué d’un mélange de farine, d’eau, de cassonade et d’autres ingrédients peu coûteux.
  • Poutine : Mets québécois traditionnellement constitué de frites et de fromage en grains de cheddar frais que l’on recouvre d’une sauce espagnole type « barbecue » faisant fondre en partie le fromage.
  • Être un québécois pur laine : Québécois de souche.
  • Ca prend : Il faut.
    Ex : Ca prend bien 2h pour aller jusqu’à Québec! Ca prend un tournevis pour réparer cette bébelle.
  • Présentement : Actuellement, en ce moment. Se prononce présent’ment.
  • Ya pas personne : il n’y a personne
    Là la double négation fait peur! Jai eu bp de mal à comprendre au début!
  • Queue de castor : Pâtisserie québécoise dont la pâte ressemble à celle d’une gaufre, mais la queue de castor est de forme oblongue et n’a pas de trous. Elle peut être notamment recouverte d’un coulis de chocolat, d’un enrobage au sucre et à la cannelle.
  • Jchuis rendu : je suis arrivé
    Ex : Ca s’en vient, jchuis rendu à la dernière étape.
  • Vous pouvez risquer : Vous pouvez tenter votre chance.
  • Sacrer son camp : Partir.
  • Salle de bain : Les toilettes, WC.
  • Sécheuse : Sèche-linge.
  • Se mettre sur son 36 : Se mettre sur son 31.
  • Ca a pas d’bon sens : C’est insensé, c’est n’importe quoi!
  • Siffleux : Marmotte.
  • S’il vous plait : S’il vous plait, s’il TE plait (même qd la personne vous tutoie!). C’est un peu comme le “Chez nous / Chez vous” le pluriel est systématiquement utilisé!
    Ex : Tu peux tu apporter la modification s’il vous plait.
  • Ski-doo: Motoneige.
  • Souper : Repas du soir.
  • Stationnement : Parking.
  • Système de son: Chaîne stéréo.
  • Tantôt. : Tout à l’heure.
  • Jchuis tanné! : Je suis fatigué, mort de fatigue, j’en ai marre
  • Tire toi une buche : Approche toi une chaise, viens t’asseoir.
  • Tranquillement pas vite : tranquillou, sans se presser.
  • Trempette : Dip, sauce que l’on mange sur des chips.
  • Tuque : Bonnet
    Ex : Avant de sortir je mets ma tuque et mes mitaines!
  • Tiguidou : Parfait, nickel, ça marche!
    Ex : C’est tiguidou!
  • Ça s’en vient : ça arrive.
  • 5@7 : sortie dans les bars ou restaurants après le travail pour prendre un verre entre collègues ou amis (équivalent d’un pot).

Oh et vous savez quoi? Les québécois sont persuadés que les français utilisent énoooormément d’anglicisme. OUi oui!

Par exemple, eux ne disent pas shopping mais magasinage, ils ne disent pas parking mais stationnement, ils ne disent pas chewing gum mais gomme ..

Par contre, ils en utilisent tout de même pas mal!
Et c’est assez subtil car, dans certains cas, ils utilisent une expression ou un mot anglais mais dans sa version traduite en français!

Ces anglicismes et emprunts d’expressions anglaises avec traduction littérale sont d’ailleurs aussi appelé “calque”. [Thanks SuperTomate]

Regardez plutôt ::

  • Tomber en Amour : Tomber amoureux. (ANG to fall in love)
  • Anyway : Quoi qu’il en soit.. ou enfin bref! en fin de phrase. (Mot anglais)
  • Balloune : Ballon de baudruche pour les anniversaires. (ANG balloon)
  • Baquer : Donner son appui, son accord. (ANG to back : supporter)
  • Batterie : Pile. (ANG battery)
  • Bienvenue : De rien, Il n’y a pas de quoi en réponse à merci. (ANG you are welcome)
  • Brakes : Les freins d’une voiture. (Mot anglais)
  • Bumpers : Le pare-choc d’une voiture. (Mot anglais)
  • Caméra : Appareil photo. (Mot anglais)
  • Canceller : Annuler. (ANG to cancel)
  • Céduler : Planifier, établir l’emploi du temps (ANG to schedule)
  • Je prend pas de chance : Je prend pas de risque. (tournure anglaise)
  • Charger : Facturer. (ANG to charge)
  • Change : Monnaie. (Mot anglais)
  • Cheap : De mauvaise qualité, de bas niveau, bon marché (Mot anglais mais sens plus large)
  • Checker : Regarder, Surveiller, Vérifier (ANG to check)
  • Chum : sens 1 » compagnon, amant (sens 1), sens 2 » copain. Prononcez à l’américaine : “Tchom” (Mot anglais)
    Ex : Jérome est mon cheum, Aurel aussi (dans le sens “pote”) et Anaïs est ma cheum de fille. (ma pote)
  • Couple : Quelques. Prononcez coupe, cope, copeul. (ANG a couple) Ex : Une couple de minutes.
  • Cruiser : Draguer, Faire la cour. Prononcez “Crouser”. (ANG to cruise : rouler en voiture)
  • Cute : Mignon. Prononcez kioute. (Mot anglais)
  • Fake : Truqué, faux. Pronconcez Feïke. (Mot anglais)
  • Flashers : Les clignotants d’une voiture. (Mot anglais)
  • Flusher : Tirer la chasse d’eau (ANG to flush) OU Larguer, laisser tomber (son copain ou sa copine). Prononcez à l’américaine : “Floché”
  • Frencher : Embrasser à la française, avec la langue (ça vient de “french kiss”)
  • Fucké : Pour une chose » Cassé, abîmé, hors service. Pour une personne » Etrange, troublée, dérangée. Prononcez à l’américaine : “Focké”
  • Avoir du fun : S’amuser. (Mot anglais)
  • Game : Match (rencontre sportive). Prononcez à l’américaine, “Geïme”. (Mot anglais)
  • Gang : Bande. Au féminin. (Mot anglais)
    Ex : A soir, je vais au party avec ma gang de cheum.
  • Gym : Salle de sport. Au masculin. (Mot anglais)
    Ex : Je vais au Gym toutes les semaines!
  • Joke : blague. Se pronconce djauque. (Mot anglais)
    Ex : C’T’une joke leu.
  • Job : Travail. A utiliser au féminin! (Mot anglais)
    Ex : Ma job est un peu poche astheur.
  • Kiquer : Donner un coup de pied. (ANG a kick : un coup de pied)
  • Lift : Action de déposer qq’un en voiture.
    Ex : J’ai pas d’auto, qq’un peut me proposer un lift ? Le t final n’est pas prononcé.
  • Lumière : Feu tricolore (ANG traffic lights).
    Ex : A la prochaine lumière, ça sera à droite.
  • Lunch : Repas du midi. (Mot anglais)
  • Matcher : Aller ensemble, correspondre. (ANG to match)
  • Oldress : Avec garniture complète. Pour une pizza par ex. (ANG all dressed)
  • Ouatcher : Garder à l’oeil. (ANG to watch)
  • Party : Fête. A utiliser au masculin. Se prononce plutôt “pawté”. (Mot anglais)
    Ex : Tu viens tu au party de Noel ?
  • Pitoune : Belle femme, pas toujours très flatteur pour la fille en question.
    Ce mot fut également utilisé par les bûcherons pour parler de troncs d’arbres. Le mot viendrait de l’anglais puisque les bûcherons anglophones avaient hâte à leur congé pour aller fêter et revoir des femmes à la “Happy Town” (la pitoune pour des oreilles francophones).
  • Ploguer ou pluguer : Brancher. (ANG to plug)
  • Prendre une marche : Faire une ballade à pieds. (ANG to take a walk)
  • Puncher : Donner un coup de poing. (ANG to punch)
  • Régulier : Ordinaire, normal. (ANG regular)
    Ex : Tarif régulier pour un ticket de métro. Format régulier, café régulier ..
  • Rusher : Se dépêcher, faire à la hâte. (ANG rush)
  • Sécure : Tranquille, sûr, sécuritaire. (Mot anglais)
  • Sloche : Gadoue. (ANG to slosh : patauger dans la boue)
  • Soccer : Terme nord-américain pour désigner le Football. Au Québec le “football” c’est le football américain.
  • Spotter : Apercevoir. (ANG spot)
  • Tip : Pourboire. (Mot anglais)
  • Tough : Difficile, pénible, en parlant d’un travail, d’une épreuve.
    Endurant, robuste OU Rude, Brutal en parlant d’une personne. Prononcer “toff” (Mot anglais)
  • Toune : Chanson. (ENG tune : air, mélodie).
  • Tripper : Avoir énormément de plaisir, être en extase. (ENG trip).
  • Pas de trouble! : Ya pas de problème, pas de soucis. (ANG trouble)
  • Se payer la traite : S’offrir, se faire plaisir, se payer un extra. (ANG treat)
  • Van : Une voiture monospace. (Mot anglais)
  • Vedger : Paresser, perdre son temps. (ANG vegetable : légume)

Bon eh bien avec tout ça vous devriez avoir les bases pour comprendre et vous faire comprendre icitte! ;-)

Pis je rajouterais surement de nouveaux mots au fil du temps ..vous gênez pas si vous avez des suggestions!

NB : Pr rédiger ce petit article, je me suis pas mal aidé des deux sources suivantes :
– Site Internet DicoQuébec
– Site Internet Chez Couture – Guide de Survie des Européens à Montréal par Hubert Mansion