Tag

art

Pour contrée la morosité de ce mois de novembre, je vous invite à un peu de légèreté avec cette exposition gratuite proposée par la Galerie SAKURA au plein cœur du Marais.
Au programme, près de 200 photographies décalées et insolites qui vous feront forcément sourire!

Vous y croiserez notamment le Disco Melon, le Pine Saver et la Cactus Cream de Paloma Rincón :

palomarincon

Mais également, les compositions toutes en détails de Philip Schaub & Derek Stierli avec notamment “Dean in the kitchen”, qui ne l’est plus vraiment, dans la cuisine, mais on imagine bien ce qui a pu se passer..
Autres morceaux choisis, le fabuleux Lint Roller Cat de Jeremy Wong, qui se passe de commentaire, et les collages de Rui Pinho avec ici : “Barack O Peter P”, “Amy W Belle” et “Charlie C Bart S”.

schaubstierli_jeremywong

ruipinho

Dans un style un peu plus soft mais toujours aussi insolite, j’ai particulièrement apprécié la Bat Station de Travis Durden, le Desert of Sleeping Men de Carl Warner et les paysages de Laurent Rosset ; The Sky is Flat et Verlan.


travisdurden_carlwarner_laurentrosset

Il y en a encore bien d’autres mais je vais éviter de tout vous spoiler.

Notez juste que si vous avez un coup de cœur pour l’une de ces œuvres, vous pourrez certainement repartir avec un exemplaire car tous les clichés sont disponibles à la vente à des tarifs abordables : à partir de 65€ pour un tirage argentique 30x16cm encadré sous verre.

Avec les fêtes qui approchent, cela pourrait donner des idées !


=================
Exposition DECALAGE IMMEDIAT
08 OCT – 08 JANV
Du mardi au samedi de 12h à 20h / Les dimanches de 14h à 19h

Galerie SAKURA
21 rue du Bourg Tibourg, PARIS 4ème
Métro : Hôtel de Ville ou Saint-Paul

N
on il n’est pas trop tard, la Foire International d’Art Contemporain qui se tenait cette année à Paris du 18 au 21 octobre continue encore quelques jours “hors les murs” au Jardin des Tuileries et au Jardin des plantes jusqu’au 19 novembre.

En début de semaine, j’ai donc profité du pseudo été indien pour aller découvrir les quelques oeuvres installées aux Tuileries.

Entre nous, j’ai trouvé qu’il y en avait clairement moins que les années précédentes et que cela manquait parfois d’un peu de poésie.

Mention spéciale tout de même pour l’installation de Susumu Shingu installée sur le grand bassin octogonal, à l’entrée côté place de Concorde. L’oeuvre est constituée de dix paires d’ailes blanches qui dansent délicatement au gré du vent..



FIAC-12


Petits coup de coeur également pour les Chromosaturations en plexiglas de Carlos Cruz-Diez et le panneau de signalisation sans titre de Philippe Ramette :


FIAC-9

FIAC-7





Pas de visite privée cette fois mais une visite un peu spéciale tout de même puisque j’ai eu l’occasion de participer au livetweet de l’expo organisé la semaine dernière par le service de communication du musée du Jeu de Paume.

L’idée était donc de partager en direct sur Twitter notre visite, en postant nos photos et nos impressions accompagnées du hashtag #LTAWW (pour LiveTweet Ai WeiWei).

En échange, nous bénéficions d’un laissez-passer et d’un badge “prises de vue” ; j’en ai donc profité pour vous ramener un petit échantillon de ce que présente cette exposition consacrée à ce célèbre architecte/photographe/critique social de la scène artistique indépendante chinoise.


Selfportrait, Caochangdi 2001


by Joseph Kosuth

Il y a 10 jours je me suis fait un petit kiff : j’ai posé ma matinée pour profiter d’une expo.
(vive les RTT!)

C’est la première fois que je m’accorde ce genre de parenthèse et je dois dire que j’y penserais plus souvent à l’avenir parce que c’était vraiment très appréciable.

Il faut dire que ce jour là, les circonstances étaient un peu particulières puisque j’étais invitée par l’équipe de la maison rouge à une visite privée de leur nouvelle exposition Néon : who’s afraid of red, yellow and blue ?”.

Pendant 2 heures, en compagnie de 4 autres blogueurs, j’ai donc pu découvrir les installations lumineuses dans les différentes salles du musée encore fermé au public ; avec en prime le commissaire de l’exposition, David Rosenberg himself pour nous guider et nous raconter avec passion l’arrivée du NEON dans le paysage artistique.

La Foire Internationale d’Art Contemporain s’est terminée hier.
Comme chaque année, elle avait investi le Grand Palais et permettait aux galeristes, collectionneurs, conservateurs et directeurs de musées de faire leur “marché”.

Et une version “hors les murs” permettait à tous, connaisseurs ou non, de profiter gratuitement de certaines oeuvres au Jardin des Plantes et à celui des Tuileries.

EDIT : Et cette version hors les murs continue jusqu’à la fin du mois!


Arbre enchanté


La Foire Internationale d’Art Contemporain est une manifestation artistique et commerciale qui a lieu chaque automne à Paris.
Elle intéresse donc principalement les galeristes, collectionneurs, conservateurs, directeurs de musées et personnalités du monde de l’art contemporain international.

Mais pour la cinquième année consécutive, la FIAC s’est associée au Musée du Louvre pour présenter des œuvres en extérieur, au cœur des Tuileries.

Connaisseur ou non, chaque promeneur peut ainsi profiter d’une exposition totalement gratuite d’œuvres contemporaines installées dans tout le jardin, depuis hier et jusqu’à dimanche.

Les femmes doivent-elle obligatoirement être nues pour pouvoir être exposées au Metropolitan Museum ?!


ELLES@CentrePompidou


Cette question a été posée par les Gerrilla Girls, un groupe de féministes américaines et anonymes (elles portent des masques et agissent en prenant comme pseudonyme des noms d’artistes femmes décédées) qui se battent contre le sexisme en particulier dans les milieux artistiques.

Elles se battent contre les discriminations en mettant en évidence des faits concrets.
Ici on apprend par exemple qu’en 2004, moins de 3% des artistes exposés au MET dans la partie Art Moderne étaient des femmes mais que 83% des nus sont des femmes.

Et en France le constat est malheureusement le même : au Centre Pompidou, les artistes femmes ne représentaient que 10% des achats entre 1960 et 1969.
Aujourd’hui, cette part a évolué et avoisine les 25% mais la proportion reste encore très faible!

Pas besoin d’être une féministe acharnée pour s’insurger devant ces chiffres!

Au milieu des années 70, deux paysans chinois font la découverte la plus importante du XXème siècle :

 


Une fosse remplie de + de 7 000 guerriers en terre cuite. 

Cette armée à taille humaine est celle du Premier empereur de Qin, qui a régné sur la Chine au IIIème siècle avant JC et qui a grandement marqué l’histoire de ce pays.

C’est lui qui est notamment à l’origine de la construction de la Grande muraille et qui standardisa les poids et mesures, la monnaie et l’écriture..

Et pour affronter l’éternité, ce grand empereur a eu une idée assez “saugrenue”.
Celle de faire construire un immense mausolé afin d’y enterrer avec lui une armée entière de soldats armés.

Il a donc fait construire un tombeau monumental constitué de plusieurs fosses qui s’étendent sur environ 56km2.

 


PanoramaArmeeTerracotta